La montre intelligente d’Apple peut détecter avec précision la fibrillation auriculaire, un état associé à un risque accru d’accident vasculaire cérébral qui affecte environ 6 millions de personnes aux États-Unis. Beaucoup d’entre elles ne savent pas qu’elles souffrent de fibrillation auriculaire, ont rapporté lundi des chercheurs américains.

L’Université de médecine de Stanford a publié sa recherche tant attendue sur Apple Heart, l’un des plus importants efforts de recherche du genre reposant sur des dispositifs de consommation portables permettant de mieux comprendre la santé humaine.

Les résultats, publiés dans le New England Journal of Medicine (NEJM), apparaissent alors que les entreprises technologiques nouent de plus en plus de partenariats avec des fabricants de médicaments afin de collecter de grandes quantités de données de santé en temps réel sur les individus.

L’étude Apple, menée par des chercheurs de la Stanford University School of Medicine, a testé le capteur de fréquence cardiaque et l’algorithme d’Apple avec plus de 400 000 participants avec Apple Watch et a utilisé l’application pour enregistrer l’essai de huit mois.

Environ 0,5% des participants à l’étude – un peu plus de 2 000 personnes – ont été avertis qu’ils avaient un pouls irrégulier et les auteurs estiment que les résultats devraient dissiper les craintes selon lesquelles le dispositif augmenterait les alertes chez les participants en bonne santé.

Un timbre pour ECG portable a été envoyé pour surveiller le rythme cardiaque pendant deux semaines avant d’être retourné aux personnes ayant reçu un avertissement de pouls irrégulier, révélant une fibrillation auriculaire dans 34% d’entre elles.

Le Dr Mintu Turakhia, cardiologue à l’Université de Stanford et co-auteur de l’étude, a déclaré que l’objectif était d’évaluer la qualité de l’algorithme et de déterminer s’il était sans danger.

Le Dr Daniel Cantillon, cardiologue à la Cleveland Clinic qui n’a pas participé à l’étude, a qualifié la technologie de prometteuse, mais a déclaré que plus de la moitié des personnes inscrites avaient moins de 40 ans, un groupe déjà à risque de fibrillation auriculaire.

Source : NJEM

Related Articles
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *