Des hôpitaux du monde entier ont été victimes d’attaques de ransomware, les obligeant à expulser des patients et à annuler des opérations chirurgicales. Une série d’attaques de ransomware cette semaine vise des hôpitaux aux États-Unis.

Les cyberattaques ont gelé les systèmes informatiques dans de nombreux établissements médicaux, au point que les hôpitaux abandonnent de nouveaux patients et annulent les calendriers chirurgicaux.

Les attaques de rançon ont touché le centre médical régional DCH, un hôpital régional et un complexe médical en Alabama, et ont laissé trois hôpitaux vides.

Une attaque distincte a touché plusieurs hôpitaux régionaux en Australie et rien n’indique que des attaques de type ransomware sont liées.

Selon un communiqué du centre médical régional (DCH), les trois hôpitaux régionaux sont fermés à tous les nouveaux patients, à l’exception des plus importants.

Les hôpitaux continuent de poser un problème majeur en ce qui concerne les attaques par rançon, étant donné la nature sensible des données des patients recueillies par les établissements de santé.

La semaine dernière, le Wood Ranch Medical Hospital, basé en Californie, a annoncé la clôture de ses opérations en décembre, le fournisseur n’ayant pas été en mesure de récupérer les dossiers des patients à la suite d’une demande de rançon en août.

Les attaques de rançons sont une source d’inquiétude pour les gouvernements du monde entier et le Sénat américain a approuvé cette semaine une nouvelle législation destinée à aider les agences gouvernementales et les entreprises du secteur privé à lutter contre la demande de rançons.

La législation intervient alors que les administrations locales et les écoles continuent de faire face à des attaques sophistiquées de rançon.

La loi proposée permet au département de la Sécurité intérieure (DHS) d’investir et de constituer des équipes de réponse aux incidents pour aider les organisations à lutter contre les attaques par rançon.

Cela signifie que le Department of Homeland Security a créé des équipes pour protéger les entités gouvernementales et nationales contre les menaces Internet et restaurer l’infrastructure affectée par les attaques par rançon.

Source : DCH

Related Articles
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.