L’intelligence artificielle en apprend davantage sur la façon de travailler (et d’interagir) avec les humains. Une étude récente a montré comment l’intelligence artificielle peut apprendre à identifier les faiblesses des habitudes et des comportements humains et à les utiliser pour influencer la prise de décision humaine.

Cela peut sembler cliché de dire que l’IA change tous les aspects de notre façon de vivre et de travailler, mais c’est vrai. Diverses formes d’intelligence artificielle travaillent dans des domaines aussi divers que le développement de vaccins, la gestion environnementale et la gestion de bureau. Bien que l’intelligence artificielle ne possède pas d’intelligence et d’émotions similaires à celles des humains, ses capacités sont fortes et se développent rapidement.

Vous n’avez pas encore à vous soucier d’une machine prenant le contrôle de la planète, mais cette dernière découverte met en évidence le pouvoir de l’IA et souligne la nécessité d’une gouvernance appropriée pour prévenir les abus et éviter les risques potentiels.

Lorsque les systèmes d’IA deviennent créatifs, ils peuvent créer des choses étonnantes et des choses effrayantes. Prenons, par exemple, un programme d’intelligence artificielle qui permet aux internautes de composer de la musique virtuelle par le joueur “Johann Sebastian Bach” en insérant des notes dans un programme qui génère des harmonies similaires à la musique de Bach. Gérée par Google, l’application a remporté de nombreux éloges pour être révolutionnaire et amusante à jouer. Elle a également suscité des critiques et suscité des inquiétudes quant aux risques de l’intelligence artificielle. En fait, les efforts visant à amener les ordinateurs à imiter le comportement de personnes réelles peuvent être déroutants et potentiellement dangereux.

Google a analysé les notes de 306 œuvres musicales de Bach et a trouvé des relations entre la mélodie et les harmoniques qui ont fourni l’harmonie dans la pièce. Parce que Bach suivait des règles strictes de paternité, le programme apprenait ces règles efficacement, de sorte qu’il pouvait les appliquer lorsque les utilisateurs fournissaient leurs propres notes.

Cette application Bach elle-même est nouvelle, mais la technologie de base ne l’est pas. Les algorithmes formés pour reconnaître les modèles et prendre des décisions probabilistes existent depuis longtemps. Certains de ces algorithmes sont si complexes que les gens ne comprennent pas toujours comment prendre des décisions ou produire un résultat spécifique.

Les systèmes d’intelligence artificielle ne sont pas parfaits, beaucoup d’entre eux reposent sur des données qui ne sont pas représentatives de l’ensemble de la population, ou influencées par des préjugés humains. Ainsi, il n’est pas tout à fait clair qui serait légalement responsable lorsque le système d’IA fait une erreur ou pose un problème.

Aujourd’hui, cependant, les technologies de l’intelligence artificielle évoluent suffisamment pour pouvoir se rapprocher du style d’écriture ou de parole des individus, et même des expressions faciales. Et ce n’est pas toujours mauvais; Une IA assez simple a donné à Stephen Hawking la capacité de communiquer plus efficacement avec les autres en prédisant les mots qu’il utilisera le plus.

Si des programmes plus sophistiqués qui simulent des voix humaines aident les personnes handicapées, ils peuvent également être utilisés pour tromper les auditeurs. Par exemple, les créateurs du programme “Lyrebird” ont été lancés; Il s’agit d’un programme audio simulé, une conversation simulée entre Barack Obama, Donald Trump et Hillary Clinton. Bien que cela paraisse réel, ce dialogue n’a jamais eu lieu.

Related Articles
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *